Elections législatives – Les propositions des Jeunes Socialistes

Après une élection présidentielle marquée par la division de la gauche, le record historique de suffrages pour l’extrême droite et la victoire d’un libéral, seule une majorité de gauche forte de propositions audacieuses pourra répondre aux transitions sociales, écologiques et démocratiques qui touchent notre société. C’est ainsi que la gauche pourra faire reculer l’extrême droite dans les urnes et les esprits. Nous avons besoin d’une gauche française puissante pour construire demain une Europe sociale, démocratique et écologique.

Les Jeunes Socialistes proposent pour les élections législatives une plateforme de propositions guidées par l’impératif d’égalité, au cœur de l’identité de la gauche. Ces propositions permettent la synthèse entre toutes les familles de la gauche et de l’écologie, pour agir concrètement, répondre aux injustices et aux urgences quotidiennes et préparer un futur désirable. 

1. Pour l’autonomie des jeunes et la priorité jeunesse, nous appelons à la pérennisation d’un Ministère de la jeunesse. Nous proposons, comme première étape du revenu universel, une allocation d’autonomie dont bénéficieront directement l’ensemble des 18-25 ans aujourd’hui anormalement privés d’accès aux minimas sociaux. Nous refusons le retour de tout service militaire ou civil obligatoire. Nous voulons que chaque jeune qui le souhaite puisse réaliser un service civique volontaire, afin d’encourager et valoriser l’engagement citoyen et associatif.

2. Pour combattre la pauvreté nous soutenons la mise en place d’un revenu universel d’existence. Ce revenu, comme allocation universelle distincte du salaire, participera à lutter durablement contre les discriminations liées à la pauvreté. En reconnaissant le travail non marchand, il garantira à chacun davantage de dignité, condition de la liberté. Sa mise en œuvre répondra aux mutations du travail en garantissant à chacun les conditions de son émancipation. Nous refusons la dégressivité des allocations chômage.

3. Pour la justice, nous demandons le maintien et le renforcement de la contrainte pénale. Nous refusons le tout carcéral.

4. Pour de meilleures conditions de travail, nous demandons l’abrogation de la loi travail et le vote d’une nouvelle loi qui aille dans le sens du progrès social incluant les avancées telles que le compte personnel d’activité, le droit à la déconnexion, la généralisation de la garantie jeune. 

5. Pour répartir les richesses nous défendons l’encadrement des salaires de 1 à 7 dans le secteur privé et publicainsi qu’une augmentation substantielle du SMIC. Nous refusons toute nouvelle casse du code du travail, notamment par ordonnances. Nous sommes par ailleurs soucieux du dialogue social que nous souhaitons incontournable dans tous projets de loi concernant les travailleurs.

6. Pour répondre à la crise démocratique, nous soutenons la reconnaissance du vote blanc, le renforcement du rôle du parlementle droit de vote des étrangers aux élections locales, et refusons le maintien du 49.3. 

7. Pour la justice sociale, nous demandons d’ériger la lutte contre la fraude et l’optimisation fiscale en priorité nationale. Nous défendons, pour les banques européennes, l’obligation de transparence envers les pays membres concernant l’identité de leurs clients. Nous exigeons cette même transparence sur les résultats des grandes entreprises réalisés pays par pays. Nous proposons la fusion de l’Impôt sur le Revenu et de la Contribution Sociale Généralisée et refusons les allègements de l’ISF.

8. Pour faire de l’éducation un vrai moyen d’émancipation, nous soutenons la mise en place d’un service public d’aide aux devoirs, la réforme de la notation qui à l’heure actuelle sanctionne plus qu’elle n’évalue, ainsi que la fusion des grandes écoles et des universités. Nous refusons de rendre facultative la réforme des rythmes scolaires.

9. Pour renforcer les droits des femmes, nous soutenons l’inscription dans la constitution du droit à l’IVG. Pour mener la bataille culturelle, nous souhaitons un Ministère de plein droit des droits des femmes. Nous refusons de considérer le sexisme comme une simple incivilité et restons inquiets concernant l’absence de lutte contre les stéréotypes genrés.

10. Pour répondre au défi écologiste, nous demandons la sortie progressive du nucléaire, et l’alignement de la fiscalité du diesel sur l’essence en vue de la fin de la production de véhicules diesel d’ici 2025. Nous défendons des investissements ambitieux dans la transition énergétique et la création de 300 000 emplois d’avenir dans la transition écologique. Nous refusons le CETA et la soumission aux lobbies.

11. Pour une vie publique exemplaire et plus transparente, nous soutenons la reconnaissance d’un statut protecteur des lanceurs d’alerte, et refusons le secret des affaires. 

12. Pour lutter contre le fléau des discriminations, nous soutenons la mise en place d’une attestation de contrôle d’identité, et refusons que la lutte contre les discriminations se réduise à des paroles creuses. 

13. Pour renforcer l’accès de tous à des services publics de qualité, nous soutenons la reconnaissance de territoires prioritaires et la mise en place d’une garantie service public universelle. Nous défendons l’encadrement du prix des médicaments innovants et la création de centres et maisons de santé afin que la santé soit accessible à toutes et tous. Nous refusons toute suppression de postes dans la fonction publique, ainsi que la suppression de la taxe d’habitation ou la diminution des dotations aux collectivités locales.

14. Pour une politique migratoire humaniste et juste, nous demandons la régularisation des travailleurs sans papiers. Nous refusons que l’immigration ne soit envisagée que sous le prisme d’une politique du chiffre ou de l’immigration choisie.

Auteur de l’article : Jeunes Socialistes du Lot