Article de La Dépêche du Lot : au MJS après les élections européennes

Alexandre_Clément
« Ce dimanche soir a eu l’effet d’un vent glacial qui aurait soufflé sur notre pays », pouvait-on lire sur le site Web des jeunes socialistes du Lot, au lendemain des élections européennes. Mercredi, au siège du parti socialiste boulevard Gambetta, la soirée électorale n’est pas encore évacuée. Premier à monter au front, Alexandre Charpy, le président du Mouvement des jeunes socialistes (MJS) du Lot, poursuit sur la même tonalité : « Il est difficile d’admettre que le FN est en tête. Cela s’est-il joué sur la séduction ou un regret de la politique gouvernementale », se demande-t-il. « Les gens ont eu du mal à dissocier notre discours de celui de la droite. On pense à cette expression UMPS relayée par le FN, décrit encore le jeune socialiste. Sur le marché de Cahors, tout le monde ne sait pas ce qu’est le dumping social. Le Smic européen, là les gens comprennent. »

Jeunes et ouvriers

Clément Lagarrigue, secrétaire général du MJS lotois, retient la « grosse abstention qui représente un risque de vote FN lors des prochaines échéances. » Selon A. Charpy, jeunes et ouvriers ont été charmés par « un discours très simpliste » de Marine Le Pen. « Les Lotois ont des attentes : la défense de la justice sociale et de l’égalité. » Comment comptent-ils inverser la tendance ? En 2015, le MJS ira devant les lycées afin d’« intéresser les jeunes à la chose publique. Il y aura aussi des cafés débats. » Mais quid du Front national ? « On ne va pas mener une campagne contre le FN durant les trois années qui restent car ce n’est pas le seul ennemi, confie A. Charpy, amer. On avait une formidable occasion de changer l’Europe et on l’a ratée…»

Nicolas Perrin pour La Dépêche du Midi

Auteur de l’article : Jeunes Socialistes du Lot