Communiqué de presse à la mémoire de Clément et de Pierre

Clément Méric, âgé de 19 ans et Pierre Mauroy, 84 ans sont décédés respectivement jeudi et vendredi. Au-delà du fait de leur disparition, c’est leur caractère et leur détermination qui les unissent.

Calmes, appréciés de tous ceux qui les connaissaient, jugés comme modérés, pondérés, réfléchis et ouverts, ils représentaient une noble idée de la politique.

Leurs idées n’étaient pas les mêmes, leurs parcours de vie sensiblement différents mais tous deux se ressemblent et se rassemblent par cet engagement d’une grande vivacité et d’une générosité indéniable. Ils avaient mis beaucoup d’énergie, de volonté et d’enthousiasme dans leurs activités. C’est l’honnêteté intellectuelle de ces personnages que l’on doit souligner et saluer au même titre que leur mémoire.

Car, au delà des vociférations  au sujet de leurs engagements, les étiquettes politiques qu’on leur a donné sont loin de définir la conscience, le caractère qui était leur.  Il est dommage que ce genre d’individus ne voit son courage politique être souligné et pleinement apprécié qu’à leur disparition car, de leur vivant, ils ont participé, à leur manière, à faire vivre deux des courants de pensée, de proposition qui forgent le dynamisme politique de notre pays.

Ce dernier est loin d’être en danger justement parce que l’engagement des millions de Pierre et de Clément le façonnent, le remodèlent, le nourrissent, l’enrichissent. N’oublions pas que les Hommes ne peuvent être résumés aux idées politiques dont ils sont porteurs.

La personnalité politique Pierre Mauroy est saluée par tout le monde car elle était au dessus de celle du simple partisan ; sa vision du pays et sa vision de la vie étant les mêmes. Le sort de Clément émeut, révolte, éprouve, interroge car il est proprement intolérable et hautement condamnable car aucune personne, qu’elle que soit la couleur politique, n’a à mourir, à être insultée, à être agressée pour ses idées, où que ce soit, pour quoi que ce soit !

Nous ne pouvons que regretter la disparition de ces deux personnalités. N’oublions jamais l’exemple de leur vie, n’oublions jamais leur sérénité, n’oublions jamais toutes les leçons que nous pouvons tirer de leur existence.

Auteur de l’article : Jeunes Socialistes du Lot

Laisser un commentaire