Retour sur la catastrophe d’Oklahoma City

degats

Le lundi 20 mai une puissante tornade a dévasté la banlieue d’Oklahoma City (sud des États-Unis) faisant 24 morts, de nombreux blessés et plus de 2 milliards de dollars de dégâts. L’ensemble des médias ont relayés l’information, à grand renfort d’éditions spéciales et autres vidéos chocs, mais peu se sont attardés sur les causes de la catastrophe. Comme à chaque fois qu’un tel événement malheureux se produit la majorité des médias focalisent leur attention et donc la nôtre sur les conséquences plutôt que sur les causes. Cette « tyrannie de l’émotion » consistant à faire naître chez les téléspectateurs de l’empathie pour les victimes bloque toute réflexion empêchant tout débat raisonné.

Il est certes plus facile de s’apitoyer sur le sort des malheureuses victimes de ces catastrophes que de remettre en question l’activité humaine et la pollution qu’elle engendre causant par la même occasion réchauffement climatique et destruction de l’environnement. Car dans le cas présent c’est bien de changement climatique dont il est question. Mais cet aveuglement coupable nous empêche de « voir plus loin » et de chercher des solutions aux problèmes que nos modes de vie créent. La dégradation de l’environnement par l’activité humaine est prouvé.

En 2007, le rapport du GIEC (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) montre que les émissions de gaz à effet de serre dus aux activités humaines sont responsables de l’élévation des températures. Les conséquences d’une telle variation des températures mondiales, également développées dans le rapport Stern en 2006 sur le coût du changement climatique, bouleverseront l’ensemble des territoires mondiaux. L’augmentation du niveau de la mer, la diminution des quantités d’eau douce disponible ou sa nouvelle répartition géographique, la baisse des rendements des productions alimentaires, les crises sanitaires, les migrations de populations, l’augmentation du nombre de « réfugiés climatiques » et l’augmentation du nombre de catastrophes climatiques doivent nous amener à nous questionner sur les stratégies actuelles et futures à adopter afin d’offrir à tous un cadre de vie acceptable. Le changement climatique, phénomène éminemment inquiétant pour les  pays riches est également socialement injuste, car produisant ses effets principalement sur des populations déjà en situation de grande précarité. À titre d’exemples, la montée du niveau de la mer impactera en premier lieu les populations du sud asiatique et l’augmentation des températures provoquera une diminution des récoltes dans des pays souffrant déjà de malnutrition.

Un autre impact aujourd’hui peu évoqué concerne la sécurité de nos installations nucléaires. Les bouleversements climatiques que nous connaissons et connaîtrons dans les prochaines années doivent nous interroger sur les risques qui pèseront sur de telles installations. Personne ne pouvait prévoir il y a encore quelques années que les catastrophes climatiques seraient si violentes et régulières. L’Homme a créé des choses qu’il ne maîtrise pas. Nous nous rendons désormais compte que nous ne pouvons tout contrôler et que notre sentiment de toute-puissance pourrait bientôt nous être fatal.

Il est temps d’engager la transition écologique et que chaque citoyen s’approprie ce débat.

DG

Auteur de l’article : Jeunes Socialistes du Lot

Laisser un commentaire