L’intervention du gouvernement dans le rachat de Dailymotion

montebourg

Jeudi dernier, les médias résumaient l’intervention d’Arnaud Montebourg dans le rachat de Dailymotion comme une faute grave. Pourtant le dossier est plus compliqué qu’une intervention de l’État dans une entreprise privée.

Issu d’un ancien monopole, Orange – France Telecom est encore détenu à 27% par l’État français. Cette entreprise internationale a acheté Dailymotion, alors jeune-pouce française spécialisée dans la mise à disposition de vidéo sur Internet, en 2011 et obtient la majorité des parts peu de temps plus tard.

Tiré par l’arrivée d’une nouvelle chargée de redressement, Yahoo entame des discussions afin d’acquérir 75% du capital de Dailymotion. Il est à noter que la compagnie étasunienne, Yahoo, possède une longue liste de services rachetés qui ont été fermés ou qui ne croient plus pour cause de mauvaise gestion – Geocities, kelkoo, Flickr, etc-.

M. Montebourg est intervenu avant qu’un rachat ne soit réalisé. Ses motivations en tant que Ministre du redressement productif, sont de garder en France une entreprise qui réussit dans le numérique, garder les emplois sur le territoire mais aussi permettre à l’industrie créative française de se développer sans avoir besoin de finance venues d’ailleurs. Vendre Dailymotion, ce n’est pas seulement vendre une entreprise mais aussi son contenu culturel. Cela rendrait le Patriot Act étasunien valable pour l’entreprise. Pour rappel par le Patriot Act toutes entreprises des États-Unis doit coopérer avec les services de l’État pour leur livrer des informations sur leurs clients et ce même hors contexte criminel.

Pour le patron du groupe France Telecom, qui remet en question l’attitude du ministre, il est important de savoir que Stéphane Richard a été directeur de cabinet auprès de Christine Lagarde. Pour celui-ci M. Montebourg n’a pas son mot à dire sur une telle transaction.

L’on peut se demander s’il n’y a pas que l’argent d’un rachat par une entreprise étrangère qui n’est profitable, quid des emplois, des contenus, du respect de la liberté d’expression ?

Quentin P

Auteur de l’article : Jeunes Socialistes du Lot