Communiqué de presse sur « l’affaire Cahuzac » et la moralisation de la vie politique

 

Le gouvernement a dévoilé mercredi en Conseil des ministres les grandes lignes de son projet de moralisation de la vie politique. Des mesures qui, si elles suscitent des critiques à droite comme à gauche, entendent lutter contre les conflits d’intérêts et les paradis fiscaux, avec des sanctions renforcées contre les fraudeurs. Avec ce projet, le gouvernement espère ainsi mettre un terme à cette séquence désastreuse.

Au Mouvement des Jeunes Socialistes Lotois, le scandale lié à « l’affaire Cahuzac » nous a tous affectés. Comme la majorité des français, nous nous sentons trahis de voir que les valeurs que nous défendons ont été bafouées, qui plus est par un homme dont la mission était de faire la chasse aux exils fiscaux. Nous avons été choqués par les révélations de l’ex-ministre du Budget et nous ne soutiendrons jamais ceux qui ne respectent pas la morale républicaine. Nous sommes donc, plus que jamais, fermement décidés à continuer notre combat et à se battre pour nos valeurs.

Il va s’en dire que le problème des paradis fiscaux est réel et qu’il convient de lutter contre l’exil de « ces 600 milliards qui manquent à la France » (1). Le journaliste Antoine Peillon, auteur du livre-révélation a croisé différentes sources pour estimer à 590 milliards d’euros l’ensemble des avoirs français dissimulés dans les paradis fiscaux, dont 220 milliards appartenant aux Français les plus riches (le reste étant le fait d’entreprises). Environ la moitié de ce total (108 milliards) serait dissimulée en Suisse, la dernière décennie ayant vu fuir environ 2,5 milliards d’avoir par an.

Enfin, pour apaiser les esprits, quand un journal relaie cette semaine des rumeurs non vérifiées sur un hypothétique compte en Suisse que détiendrait le Ministre des Affaires étrangères, nous invitons le dit journal à vérifier ses sources avant d’entretenir la psychose. Les Français sont lassés de ces révélations et contre-informations, ils veulent avant tout que l’on cesse de les manipuler et que l’on agisse dans leur intérêt.

C’est pourquoi nous soutenons l’action gouvernementale qui vise à mettre fin aux exils fiscaux et aux conflits d’intérêts, autrement dit au cumul de certaines activités professionnelles, comme celle d’avocat d’affaires, avec l’exercice d’un mandat de parlementaire Nous faisons confiance au gouvernement de Jean-Marc Ayrault pour réinvestir la fonction politique et pour lutter contre la fuite de capitaux, si utiles à notre pays en ces temps de crise.

(1) « Ces 600 milliards qui manquent à la France. Enquête au coeur de l’évasion fiscale », par Antoine Peillon, Le Seuil, 2012

Auteur de l’article : Jeunes Socialistes du Lot