Baisse de 6 centimes des tarifs de l’essence pendant 3 mois

Le mouvement des Jeunes Socialistes Lotois salue la baisse du prix des carburants.

baisse-de-6-centimes-des-tarifs-de-lessence-pendant-3-mois.png

La baisse du prix des carburants ne semble satisfaire personne : tout simplement et cruellement logique. Toutefois, accabler le gouvernement c’est aller très vite en besogne. Il est clair que la baisse du carburant de 3 à 6 centimes ne représente qu’un très faible et temporaire gain de pouvoir d’achat. Nous découvrons, une nouvelle fois que notre société est littéralement droguée aux hydrocarbures. Carburant, produits de tous les jours… sont aujourd’hui impactés par une volatilité impressionnante des cours mondiaux ; volatilité liée aux tensions internationales et une bonne dose de spéculation. Elle montre aussi l’évolution, insuffisante, vers des manières de consommer plus économiques et écologiques. Les transports en commun ont permis, par leur croissance, d’atténuer le nombre d’individus face au problème actuel. Toutefois, les populations des zones rurales ne bénéficient pas des conditions privilégiées de dessertes offertes par les transports en commun comme c’est le cas dans les grandes agglomérations. Toutes les solutions envisageables auraient eu un impact limité dans le temps et la somme en jeu. Blocage ou baisse des prix restent modérés devant les énormes enjeux financiers publics et privés liés à la problématique.

Le gouvernement aurait pu agir sur le niveau des « frais réels » pour atténuer cette flambée [les frais réels sont les frais de déplacements et éventuellement de restauration liés à l’activité professionnelle. Ces derniers donnent droit à un avantage fiscal s’ils atteignent au moins 10% du salaire.] Une modulation aurait pu être réalisée afin de permettre aux salariés des zones rurales de profiter de meilleures conditions fiscales et, au contraire, pénaliser ceux des grandes agglomérations (ces derniers bénéficiant d’une meilleure offre de transports publics). Le gouvernement a été cohérent en soutenant la filière automobile électrique. Cette dernière qui doit encore progresser en termes de ventes et de technologies, amène à trouver des substituts sérieux en termes économiques et écologiques. Elle a l’avantage d’éluder le prix des carburants mais fait s’interroger sur la production de l’électricité nécessaire.

Accabler le gouvernement est simple, trop simple même, qu’il ait été de droite ou de gauche. L’actuelle crise liée à cette flambée est le télescopage de problèmes divers et variés dont l’intensité et le non traitement a poussé à une exaspération accrue et dangereuse pour tous. La crise des carburants, c’est une crise combinée du pouvoir d’achat, de la rareté des matières premières, de penser de manière plus rapide une modification des comportements de l’ensemble des acteurs qui constituent notre société et ce tant individuellement que collectivement. Nous sommes face à de très profondes difficultés à discuter, à planifier, à organiser, à avoir confiance et à garder son calme, à agir de manière coordonnée dans le court, le moyen et le long terme. Et les responsabilités dans cette situation incombent à tous, sans exception. Aussi, plutôt que de hurler, gesticuler, tous les responsables, de tous ordres, seraient plus inspirés de se mettre autour de la table et cogiter, d’articuler leurs points de vue afin de trouver des solutions NOUVELLES ET INNOVANTES pour le court terme, cette hausse des prix mais aussi moyen et long terme pour que cela se reproduise rarement voire même plus jamais. La baisse temporaire des prix des carburants n’est pas une solution pérenne et totalement satisfaisante mais il n’est pas encore trop tard pour lui trouver des alternatives plus fortes et durables.

 

Auteur de l’article : Jeunes Socialistes du Lot