Front de gauche et PS ensemble

Ni François Hollande, ni Jean Luc Mélenchon n’est le mieux placé pour remporter la bataille. C’est une erreur stratégique, politique et idéologique que de croire que l’un ou l’autre est meilleur : les deux sont parfaitement complémentaires et doivent s’unir pour redonner espoir, confiance dans notre pays. Il n’y a aucune incompatibilité idéologique entre les deux programmes et les deux propositions, il y a seulement des divergences de points de vue qui peuvent être agencés de telle manière à apporter, chacune, à un moment donné, leur pierre à l’édifice national. Cet édifice national, ne nous leurrons pas, est le même : une société solidaire, généreuse, juste qui arrive à reporter le centre névralgique du fonctionnement de notre pays de l’argent à un projet de société alliant vivre ensemble et respect de l’individualité. Nous voulons redonner confiance, espoir et volonté à chacun d’entre nous dans un objectif commun : retrouver notre grandeur, notre indépendance et notre liberté. Cet édifice, c’est la troisième voie à la française qui a toujours fait de notre société, de notre pays quelque chose d’inclassable, d’original qui nous a toujours rendu fiers de ce que nous faisons.

Le PS se propose de modifier notre société par petites touches pour assurer une certaine continuité. En effet, nous ne pouvons changer la société de manière brusque en faisant uniquement l’exact inverse de ce qui a été fait : nous risquons de mauvais résultats qui discréditeraient nos idées et notre volonté et renforceraient nos adversaires. Le Front de Gauche  apporte quant à lui un rôle d’amarre à gauche afin de ne plus laisser repartir le PS vers les rivages libéraux. Il pourra aussi prendre la place de pilote des idées en préconisant des réformes plus énergiques et plus profondes à réaliser, réformes que le PS pourrait soutenir en jouant à son tour le rôle de vigie, avec la plus grande objectivité afin d’apporter une caution plus gestionnaire. Nos points de vue, bien que différents sont tous pertinents. La démonstration de cet exemple n’est pas de donner une ligne politique, c’est de montrer qu’il est tout à fait possible de travailler ensemble et que le jeu de massacre actuel est inutile et prouve une chose : ce n’est pas en agissant seul que notre pays ira à gauche.

Auteur de l’article : Jeunes Socialistes du Lot

Laisser un commentaire